J’ai testé : Le maquillage artisanal façon rationnement – Demande à ta Grand-Mère #12

 

Face au rationnement et aux restrictions imposées par l’économie de guerre un peu partout en Europe et aux USA pendant la seconde guerre mondiale, les femmes ont réinventé la mode et utilisé des astuces de bonne femme afin de rester belles.

Marc de café, jus de betteraves, thé noir ou même restes de sauce, beaucoup d’ingrédients de la vie courante peuvent être de parfaits substituts aux produits de maquillage, voir même aux bas quand le nylon et la soie viennent à manquer.

Dans cette vidéo j’ai décidé de tester le maquillage « façon rationnement », ainsi que de me peindre les jambes pour simuler les bas, parce que ça m’intriguait depuis longtemps. Tout le monde en parle constamment, j’ai eu envie de tenter le coup.

♥♥♥ ABONNEZ-VOUS et suivez moi sur mes différents réseaux sociaux :
INSTAGRAM | https://www.instagram.com/alphonsinevintage
FACEBOOK | https://www.facebook.com/alphonsineboutique

Vous aimez mon style ? Shoppez mes vêtements dans mon vide-dressing !
https://www.vinted.fr/member/13421504-bonbonmalefique

 


 

Lors de la seconde guerre mondiale, l’industrie de la mode et de la cosmétique a dû faire face à des difficultés car de nombreuses restrictions ont été imposées sur les matières et les ingrédients composant les produits de maquillage.
Les femmes ont dû donc réinventer la mode, et ont redoublé d’ingéniosité pour rester belles.
Quand y en a plus, y a une solution à tout, et elle est souvent dans la cuisine !

Il fallait économiser sur tout, sauf sur l’industrie de la guerre.
Vers 1941 il a été mis en place des tickets de rationnement, et les produits textiles sont les premiers limités.
Les femmes faisaient donc leurs propres vêtements avec des matières recyclées, draps, rideaux, nappes, et ça grâce aux conseils avisés de magazines féminins tels que Marie Claire ou Le petit écho de la mode.
Donc si vous voyez une robe des années 40 et qu’elle vous fait penser à un rideau, vous n’avez peut être pas tort.

Lorsque la soie a été réquisitionnée pour fabriquer des parachutes, cordes et autres filets, les bas sont devenus une denrée rare. On pouvait en avoir au marché noir, ou alors auprès des allemands avec des méthodes de sympathisation pas très… Voilà… Bref.

Donc pour remédier à ça les femmes teignaient leurs jambes avec du thé noir ou du marc de café pour imiter les bas. En Angleterre on utilisait aussi de la gravy, vous savez la sauce brune qu’il y a sur les bangers and mash.
J’ose pas imaginer l’odeur que ça devait avoir.
Elle est super bonne cette sauce, mais j’aimerais pas me tartiner avec.
Et pour simuler la couture, un crayon ou n’importe quel autre stylo, feutre, enfin le premier truc venu qui fait le job.
Tous les moyens sont bons.
Et là, y a Elizabeth Arden qui se dit… Y a un biz à se faire…. et invente une lotion colorante pour les jambes appelée « liquid hosiery » accompagné d’un crayon pour dessiner la couture. D’autres marques ont ensuite commercialisé le même type de produit.

Donc aujourd’hui on va tester une mise en beauté 100 % pénuries et restrictions, à base de marc de café et de jus de betterave, qui était utilisé pour teinter les lèvres, et vaseline pour remplacer le mascara, histoire de faire un pied de nez à l’occupant.
Peut être que vous êtes là ! Mais ça ne nous empêchera pas de nous faire belles !

Je préviens tout de suite c’est un peu le crash test parce que je n’ai pas essayé avant. Je sais pas du tout ce que ça va donner, on va découvrir ça ensemble.

Pour voir le résultat, regardez la vidéo !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.