Le cartoon de guerre au féminin Winnie the WAC – Demande à ta Grand-Mère #13

Si on vous dit Winnie, vous pensez tout de suite à l’ourson. C’est pas le sujet de cette vidéo !
Aujourd’hui, on va parler de Winnie the WAC, héroïne féminine de cartoon de la seconde guerre mondiale.
Alors les filles ? On l’adopte ?

♥♥♥ ABONNEZ-VOUS et suivez moi sur mes différents réseaux sociaux :
INSTAGRAM | https://www.instagram.com/alphonsinevintage
FACEBOOK | https://www.facebook.com/alphonsineboutique
YOUTUBE | https://www.youtube.com/alphonsinevintage

Vous aimez mon style ? Shoppez mes vêtements dans mon vide-dressing !
https://www.vinted.fr/member/13421504-bonbonmalefique

♥♥♥ Royalty free Music by Giorgio Di Campo for FreeSound Music
http://freesoundmusic.eu
https://www.facebook.com/freemusicforyoutube/
https://youtube.com/freesoundmusic
original video:https://youtu.be/xoeBLeg9h8c
download mp3:https://link-to.net/49870/DixieRoseMp3


Si je vous dis Winnie, vous pensez à quoi ?
A un ourson jaune avec un pull rouge et un certain attrait pour le miel.

C’est pas du tout de lui qu’on va parler aujourd’hui mais plutôt d’un autre personnage fictif, il s’agit de Winnie The WAC, heroine féminine d’un cartoon américain de la seconde guerre mondiale.

Si vous avez déjà vu des cartoons US de la seconde guerre mondiale, vous connaissez peut être le Private Breger de Dave Breger, The Sad Sack du sergeant George Baker, Willie and Joe de Bill Mauldin, ou encore Private Snafu, dessin animé produit par Warner Bros.
Toute ces personnages était présents dans les journaux militaires, et servaient à booster le moral des troupes, assurer la propagande de guerre, ou alors dans le cas de Private Snafu, avaient un côté éducatif et servaient à expliquer aux soldats les règles de sécurité ou procédures tout en ayant un côté amusant.

Point commun de toute cette joyeuse bande, c’est que ce sont tous des hommes.

C’est là qu’entre en jeu le caporal Vic Herman.
Vic Herman né le 12 mai 1919 à Fall River dans le Massachusetts.
Marionnettiste, illustrateur, caricaturiste, correspondant de guerre, producteur à la télévision, peintre, auteur… cet homme a de nombreuses facettes.

Lors de son entraînement militaire en 1943, il est affecté au camp d’Aberdeen dans le Maryland. Et pendant son temps libre, il dessine énormément
Un jour il est approché par l’éditeur du journal de la base, The flaming bomb.
Ayant entendu parler de lui pour son travail sur Elsie The Cow, célèbre mascotte de la marque de produits laitiers Borden, il le sollicite et lui propose de dessiner un cartoon par semaine pour son journal.

 

Maintenant, que faire, sachant que toutes les sortes de GI possibles et imaginables ont déjà été faits. Tous… Sauf les femmes.
Vic Herman décide donc de créer Winnie the WAC, pour que les femmes engagées puissent également avoir un personnage auquel s’identifier.
Et au lieu de rire d’elles, il décide plutôt de rire avec elles.

Le succès de la plantureuse Winnie est immédiat. Toutes les WAC du camp l’adoptent et l’adorent.
Elle est élue « Ordnance Joe » en 1945. Il s’agit d’un concours du « soldat le plus populaire » du camp d’Aberdeen.
D’habitude ce prix est décerné à un homme, en chair et en os en plus, mais cette fois les votes sont allés à un personnage de papier.
Son succès grandira bien au delà de la base, car il n’y a pas que les femmes qui aiment Winnie, mais elle est également appréciée des hommes.

 

Ça m’étonne pas vraiment puisqu’elle a tendance à se promener en culotte très souvent, et puis disons qu’elle apprécie beaucoup la gente masculine.

Mais bon on va pas se mentir hein ! Un beau soldat on a jamais rien contre.
J’aime bien le sourire béat de tous les mecs qui se retrouvent à côté d’elle c’est trop drôle.

Pour reprendre les mots de femmes vétérans de la seconde guerre mondiale, « Elle nous faisait rire de nous mêmes, elle faisait ce que nous faisions, et elle voyait le monde comme nous le voyons, c’était notre héroïne. »

Vic Herman était bien chanceux. Il dit :
« On m’a souvent demandé comment je faisais, en tant qu’homme, pour aussi bien dépeindre les femmes »
C’est simplement parce qu’il était un des seuls hommes à être autorisés dans le mess et autres quartiers des WACs, pour les voir au quotidien et s’en inspirer pour ses dessins.

Les WACs aimaient Winnie, pas pour une quelconque raison féministe, mais simplement parce qu’elle était l’une d’entre elles.
D’ailleurs Winnie est faite pour représenter toutes les femmes de l’armée. Elle n’a pas un métier spécifique, elle fait absolument tout, pour que chacune puisse se retrouver en elle.

Les gags représentant Winnie seront largement diffusés dans de nombreuses publications, Yank, Stars and Stripes, Life, Look, Saturday evening post…
Il y a même eu un concours de sosies de Winnie, et elle a également servi pour les campagnes de recrutement à travers le pays, en ayant sa propre représentante en chair et en os, Althea Semanchik.
Le premier recueil des aventures de Winnie est publié en 1945, et l’édition que je possède est une republication anniversaire qui date de 2002, pour les 60 ans du personnage.

J’ai découvert Winnie The Wac complètement par hasard. En fait je faisais mes recherches sur les différents types d’uniformes afin de composer mes tenues pour mon groupe de reconstit, et là en lisant un article qui parlait des tailles de vêtements, je suis tombée sur cette planche de Winnie, avec sa tenue HBT mal taillée.
J’ai adoré le style de dessin, je trouve son visage très joli.

J’ai fait quelques recherches sur elle, et j’ai passé plusieurs heures à trouver des dessins, que j’ai vraiment adoré.
Si je devais choisir qu’un seul dessin ça serait celui là.

Je comprends que les wacs l’aient tout de suite adorée, comment on pourrait ne pas l’aimer !

Crée et diffusée pendant la seconde guerre mondiale, elle reprendra du service pendant les guerre de Corée et du Vietnam dans des nouvelles version plus adaptées à l’époque, et faut que je vous dise, elle à du laisser traîner son cerveau quelque part. On sent bien que l’image de la femme à changé entre les années 40 et les années 50, 60 et 70… mais ça c’est un autre sujet.

Voilà pour la petite histoire d’une bonne femme née d’un coup de crayon et qui mérite d’être bien plus connue !

Pour en voir plus, regardez la vidéo !

 


No products found